I. L'histoire de l'apithérapie

L'apithérapie existe depuis l'ère égyptienne, c'est donc une technique très ancienne. Des archéologues ont retrouvé des tombes égyptiennes qui montraient la vie quotidienne des égyptiens où on les y voyaient consommer différents produits apicoles. Ils étaient aussi utilisés après le mariage, lors de la "lune de miel" d'où ce terme. Par exemple, le papyrus Smith retrouvé à Thèbes en 1860 est un manuel chirurgical  pour les soulagements de différents maux. Grâce aux papyrus retrouvés, les archéologues ont pu constaté que le miel était très utilisé dans les remèdes où il était présent de 20 à 84%. Il était utilisé comme antiseptique, antifongique et anti-inflammatoire. On sait aussi que les momies égyptiennes de l'époque des Pharaons étaient remplies avec une mixture faite de naphte (pétrole à l'état naturel) et de propolis.

Hippocrate, médecin grec (né vers 460 avant J-C), qui est considéré comme le père de la médecine, appliquait le miel sur les brûlures. Plus tard, le philosophe et médecin Avicennes (930-1037) emploiera la propolis en l'appelant la cire noire.

De plus, à une époque où les antibiotiques n'étaient pas connus, l'apithérapie, avec le miel, la propolis, luttait contre la gangrène et aidait à la cicatrisation des plaies. La première étude scientifique sur les soins de plaies par le miel fut publiée en 1936 par Hoffman et von Gezenbach. En France, c'est le professeur Rémy Chauvin qui à partir des années 1950, expérimentera sur des animaux de laboratoire les effets du pollen.

 

Histoire du miel 

En Egypte (à gauche) et en Espagne (à droite).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site